focus by Loïck Naudin

In the 17th century, people who committed suicide are being investigated: suicide is illegal.

AEN, Conseil de Namur, Affaire Paul Derèse, 1699.

AEN, Conseil de Namur, Affaire Paul Derèse, 1699.

Au 17e siècle, le suicide est condamné par la justice. L’être humain n’est que dépositaire d’un corps qu’il doit rendre en fin de vie, selon l’Eglise. Perpétrer un homicide sur soi-même équivaut donc à détruire le bien de Dieu et débouche sur une enquête judiciaire. Néanmoins, certaines « excuses » sont envisageables : un mélancolique ou un dément ne contrôle pas ses actes et ne peut être tenu pour responsable. En outre, les mœurs du suicidé (et plus précisément sa piété) occupent une place fondamentale dans l’enquête. Allait-il à l’église ? Se confessait-il ? Ces deux aspects (l’engagement religieux et la santé mentale) sont presque omniprésents lorsqu’on lit les actes judiciaires de l’affaire de Paul Derèse, pendu à Namur. Ici, l’image représente un compte rendu des témoignages. La justice met directement en avant la tristesse de Derèse ainsi que son absence à l’église. En plus de cela, des écrits (par exemple sur l’image ci-dessus, en marge, à gauche) semblent commenter chaque fait. Par la formule « crédit » ou « non crédit », certains propos sont validés, pas d’autres. Cette page démontre bien à quel point les questions religieuses et psychologiques sont importantes dans une affaire de suicide en 1699. Ensemble, ces deux facettes imprègnent l’enquête jusqu’à la décision finale.

Author of the note: Loïck Naudin


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *