focus by Bryan Willems

Murder or failed-double-suicide ? The investigating judge seeks to know more about the death of Adèle, killed by her lover.

AGR2, Cour d'Assises de Brabant, Desouter Case, 1896.

AGR2, Cour d’Assises de Brabant, Desouter Case, 1896.

Voici une lettre officielle envoyée par le juge d’instruction Mechelynk (arrondissement de Bruxelles) au commissaire de police de St– Josse-Ten-Noode. Le Juge d’instruction y demande au commissaire d’interroger les locataires d’un immeuble dans lequel a séjourné la victime de l’affaire Desouter, Adèle Desmet. Celle-ci a été tuée par son amant Charles Desouter dans la nuit du 5 au 6 mai 1896, avant que celui-ci ne tente de se donner la mort d’une balle dans la tête, sans y parvenir. Accusé d’homicide, Desouter s’est toujours défendu en expliquant que lui et sa maîtresse avaient décidé de se suicider ensemble. Par cette lettre, le juge cherche à collecter des informations sur la psychologie d’Adèle Desmet. Il cherche à savoir si la victime présentait réellement des intentions de se donner la mort. Il souhaite pouvoir déterminer la responsabilité de Charles Desouter car à cette époque, le double suicide utilisé comme prétexte à un homicide n’est pas rare. Plusieurs amants ont déjà justifié la mort de leur maîtresse par un double suicide raté. Desouter est-il un meurtrier ? Ou un amant qui a préféré tenter de mourir avec sa maitresse, plutôt que de devoir vivre sans elle ?

#deburchgraeve

Author of the note: Bryan Willems


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *