focus by Vincent Desguin

The press reveals through romantic dramas that the Cour d’Assises is a place of debate between medical experts.

La Dernière Heure, 30/05/1907, p. 1 (Royal Library of Belgium).

La Dernière Heure, 30/05/1907, p. 1 (Royal Library of Belgium).

Au début du 20e siècle, il est encore exceptionnel que des articles de presse soient illustrés d’une grande photo. Celle-ci représente une scène de crime, en 1907. La légende que choisit le journal La Dernière Heure pour l’illustrer nous rappelle la résolution de deux célèbres amoureux… Roméo et Juliette. Il est ici question de Maurice et Louise, deux Bruxellois de 17 ans. Décidés à fuir une vie sans avenir – d’après eux – ils optent pour la mort. Maurice tire par deux fois sur Louise mais lui ne parvient pas à se suicider. La jeune fille survit mais décède deux mois plus tard, des suites de ses blessures.

L’histoire interpelle mais n’est pourtant pas rare au tournant du siècle. L’affaire de Maurice et Louise est intéressante parce qu’elle suscite un débat sur la question de la responsabilité du coupable : est-il aliéné ? quel sort lui réserver, après le jugement ? La justice fait appel à des médecins pour dresser l’état mental de l’accusé. La cour d’Assises devient un lieu de débats entre « experts » en médecine, dont la presse retranscrit les échanges. Les articles de presse constituent aujourd’hui la seule trace de ces joutes orales et montrent qu’un tribunal doté d’un jury populaire peut être un lieu de discussion scientifique.

#deburchgraeve

Author of the note: Vincent Desguin


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *