focus by Mélissa Senterre

Experts are trying to discover what was the murder weapon – maybe this carpenter’s chisel.

AGR2, Cour d'Assises de Brabant, Dossier 2127, Affaire Bielen. Dessin d'un ciseau de menuisier, 1895.

AGR2, Cour d’Assises de Brabant, Dossier 2127, Affaire Bielen. Dessin d’un ciseau de menuisier, 1895.

Ce croquis d’un ciseau de menuisier a été dessiné par l’un des médecins (Lucien Schoofs ou Edouard Tamine) afin de déterminer si cela pouvait être l’arme du crime utilisée par Alexandre François contre son épouse.

Dans les dossiers de la Cour d’Assises, on peut en effet trouver des documents qui se réfèrent à des experts : médecins légistes, géomètres, armuriers etc. Ceux-ci sont depuis longtemps appelés à participer à l’enquête judiciaire parce qu’on leur reconnait des compétences dont la justice a besoin. Ils interviennent au moment de l’instruction, c’est donc le juge d’instruction qui fait appel à eux. Les experts prêtent serments devant lui « de faire leur rapport et de donner leur avis, en leur honneur et conscience », en ajoutant : « Ainsi m’aide Dieu » ». Dès le début du rapport d’expertise, les experts rappellent la mission qui leur est assignée en citant directement le serment. La forme de la suite du rapport est laissée à l’appréciation des experts. C’est pour cela qu’on peut y trouver ou non des croquis de la blessure, de l’arme qui a été utilisée et des plans représentants les faits. Les experts interviennent de nouveau lors du procès. Ils sont alors invités en tant que témoins et ils prêtent serment comme les autres témoins : « de parler sans haine et sans crainte, de dire toute la vérité et rien que la vérité. Ainsi m’aide Dieu ». Après avoir fait leurs déclarations, ils sont autorisés à quitter définitivement la Cour.

#deburchgraeve

Author of the note: Mélissa Senterre


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *